N°159- GPA

feuille paroissiale N 159

 

 

GPA, j’ai aimé dans La CROIX du 12 Novembre :

Pour José Bové, eurodéputé, groupe Verts/Alliance Libre Européenne, si l’on accepte la GPA, on ouvre la boîte de pandore de l’eugénisme et du transhumanisme.

« Mon opposition à la gestation pour autrui (GPA) comme à la procréation médicalement assistée (PMA), quelle que soit l’orientation sexuelle des personnes qui y ont recours, est le prolongement du combat que je mène depuis trente ans contre la manipulation du vivant. Cela a commencé dans les années 1980 par l’arrivée des premiers OGM et les premiers brevets sur les plantes. Mais aussi avec les sélections de plus en plus précises des animaux d’élevage industriel et la création du premier clone (brebis Dolly). Or ce qui se passe avec les  » machines » animales pour le lait et la viande préfigure toujours ce qui va arriver aux humains.

La GPA – comme la PMA – n’est que le prolongement de ces technologies productivistes que l’on prétend appliquer aux humains. Si on l’accepte, on ouvre la boîte de pandore de l’eugénisme et du transhumanisme. On entre dans une logique de sélection qui instaure une rupture fondamentale du lien entre procréation et biologie, la technologie prenant le pas sur la condition humaine et ce qui fait société.

La question de la GPA oblige à s’interroger sur ce qui est constitutif de l’humanité

Ainsi, la femme choisie sur catalogue pour porter un enfant n’est plus considérée comme une personne mais un support, un ventre qu’on loue par contrat. Dans ce cadre, l’enfant à naître n’est plus le fruit de la rencontre, aléatoire, de deux personnes qui inscrivent sa naissance dans la chaîne des générations, mais le résultat d’un choix programmé qui trouve sa justification dans le fameux droit à l’enfant. On entre alors dans un monde artificialisé où le hasard et la nécessité n’ont plus aucune prise.

La question de la GPA oblige à s’interroger sur ce qui est constitutif de l’humanité. Ce n’est pas un sujet franco-français mais mondial. Si cette bataille se perd, nos vies seront soumises à une technoscience qui prétend imposer ses choix de société. »

(Recueilli par Antoine d’Abbundo)

Bonne semaine à Tous

Abbé Bruno